Adolf Hitler était végétarien
Adolf Hitler était végétarien

Adolf Hitler est incontestablement l'une des personnalités les plus importantes du XXème siècle. A ce titre, il n'est pas étonnant qu'il soit le sujet de divers mythes. L'un d'entre eux s'avère étonnamment tenace : l'idée selon laquelle Hitler aurait été végétarien.

Autodafés de 1933

Dans le début des années 1920, Adolf Hitler faisait déjà preuve d'un charisme hors-normes, qui lui permit de rapidement gravir les échelons du Parti national-socialiste des travailleurs allemands. En 1933, lorsqu'il accède au poste de chancelier (auquel il n'a pas été élu par le peuple, contrairement à un autre mythe courant), Hitler nomme Joseph Goebbels au poste de "Ministre du Reich à l'Éducation du peuple et à la Propagande". A ce titre, Goebbels aura jusqu'en 1945 un contrôle total sur la presse écrite, la radio, le cinéma, l'art. Et s'il a contribué à développer les moyens de communication modernes en Allemagne, notamment la télévision, il a aussi été partiellement responsable des tristement célèbres autodafés de 1933.

En tant que responsable de la propagande, Goebbels fera en sorte d'améliorer l'image d'Hitler. Il cherchera alors par tous les moyens à donner au peuple allemand une image idéalisée de son Führer. Parmi les mensonges qu'il diffusera, on retrouve celui selon lequel Hitler serait végétarien, ne boirait pas, ne fumerait pas, et ne fréquenterait pas les femmes. Ces faits contribuaient à donner de lui une image d'ascète, totalement dévoué à la cause allemande. Pourtant, s'il est vrai qu'il ne fumait pas, il est aujourd'hui de notoriété publique qu'il fréquentait au moins une femme, en la personne d'Eva Braun, sa maîtresse, qu'il épousa la veille de leur suicide.

Le végétarisme d'Hitler n'était ainsi qu'un des mythes concoctés par Goebbels. Ainsi, selon Arthur Kannenberg, l'un des cuisiniers du chancelier, Hitler ne mangeait pas de poisson, mais aimait particulièrement les saucisses et le caviar. Dès 1937, Otto D. Tolischus notait dans un article du New York Times que Hitler était friand de jambon. Selon le psychiatre Fritz Redlich, il aimait aussi tout particulièrement le Leberknödel, un plat traditionnel allemand consistant de "boulettes de foie", mais aussi le gibier. De plus, dans son livre de cuisine The Gourmet Cooking School Cookbook, Dione Lucas, qui avait travaillé comme cuisinière dans un hôtel de Hambourg (et a été l'une des ambassadrices de la cuisine française aux États-Unis), révèle que le pigeon farci était un des plats préférés de l'homme d'État.

Néanmoins, Adolf Hitler souffrait de problèmes d'estomac depuis sa jeunesse, lui causant notamment des flatulences régulières, ainsi que de violentes suées. Ces problèmes chroniques l'ont amené à réduire progressivement sa consommation de viande au fil de sa vie, et à régulièrement entreprendre des régimes à base de fruits et légumes, sur les conseils de ses médecins. Ces régimes, bien que provisoires et sporadiques, ont sans doute contribué à entretenir le mythe du végétarisme d'Hitler.

Sources :
The Life and Death of Adolf Hitler - Robert Payne
The Nazi War on Cancer - Robert Proctor
Hitler : Diagnosis of a Destructive Prophet - Fritz Redlich
The Gourmet Cooking School Cookbook - Dione Lucas

Commentaires
Commentaire :
Pseudonyme :

Adresse mail :